Unité Mobile de Premiers Secours
La moto emporte deux secouristes dont un pilote moto, mais aussi tout le matériel de secours et de réanimation (défibrillateur semi automatique, oxygénothérapie, matériel de soins, de bilan, attelles, colliers cervicaux), ainsi que tous les outils de communication entre la moto et les autre équipes.

Elle est doté d’un GPS et d’une balise de geolocalisation. La sécurité personnel des « motards secouristes » quant a elle n’a pas était négligé, puisqu’ils disposent d’un casque intégrale, d’un blouson moto haute visibilité et d’un pantalon chacun équipés de nombreux renforts. Les secouristes pilotant la moto, sont des motards consciencieux mais surtout prudent qui on suivis une formation théorique et pratique à la conduite de la moto. La moto permet une intervention très rapide au plus proche de la victime dans l’attente de moyens supplémentaire (équipes secouriste, SAMU, Pompiers etc…), là où un Véhicule de Premiers Secours rencontre des difficultés à avancer dans la foule ou de peletons de sportifs.

Nous sommes dans un souci constant de poursuive le développement de nos techniques d’intervention. La moto de premiers secours, mise en service pour la première fois a l’occasion du dispositif de secours de « Courir a Clermont », en est l’un des exemples. Elle à permis de réaliser une dizaine d’intervention sur le parcours affichant un délai d’intervention inferieur à 3 min alors qu’avec un véhicule de secours traditionnel il aurait fallu le double de temps. Nous savons que chaque minute compte lorsqu’une personne se retrouve en arrêt cardio ventilatoire, et la moto nous permet maintenant de réduire considérablement les délais de prise en charge » note Arnaud Pousset Président de l’UMPS 63.

Le Projet maintenant aboutie, aura nécessité un an et demi de réflexion et d’étude pour trouver le modèle adapté, les différents équipements, et a pu être réalisé en partie garce a la société Eurotec Signalisation qui à fournis une partie du matériel.

La moto de premiers secours sera d'or et déja engagée en 2012 sur une vingtaine de dispositifs de secours.